Michel Bordage



Après les Beaux-Arts et le Conservatoire, Michel Bordage entre avec passion dans l'apprentissage de la ferronnerie d'art qui lui offrira les bases de ses recherches artistiques.

Photo Michel

Dès 1972, il explore par la sculpture le bois, le métal et la pierre et s'attache à intégrer dans une approche originale une recherche formelle et la création de matière pure. Ses premières expositions, au Moyen-orient d'abord, puis en Grèce et à Chypre, révèlent sa véritable vocation : redécouvrir en sculptant la matière en fusion, ce qu'il appellera désormais la "mémoire de la matière".

A partir de 1987, l'expression esthétique cède résolument la place à une volonté de restituer et de transmettre, autant dans ses peintures que dans ses sculptures, cette mémoire de la matière sans jamais la figer. Michel BORDAGE s'expose aux côtés de CALDER, de BEN, de DEBRE, de WEISBUCH... Fidèle à sa quête, il consacre ces dernières années à de nombreuses expositions : France, Moyen-Orient, Suisse, Japon, associé aux plus grands APPEL, ARTUNG, CHRISTO, DALI, KLEE, TINGUELY... Son amitié avec Olivier LAPIDUS est la rencontre de deux créateurs autour de la vie et la mémoire de la matière. Avec cette mise en commun, Michel BORDAGE développe un nouveau langage qui s'exprime par la création de tissus originaux avec Hermès, les collections de Haute-Couture LAPIDUS... dans une course créative où l'art transcende la technique pour créer de nouveaux espaces.

Sa philosophie
De la non-vie vint la vie ; de la matière morte naquît l'esprit. Avec la vie apparut la perception : la perception de la beauté et de la laideur, de la sérénité et de la peur. La vie est la façon dont l'univers se perçoit lui-même ; l'esprit est la puissance de la perception.

Tandis que la vie croissait, évoluait et devenait plus complexe, c'est alors qu'apparut l'intelligence, et avec elle, la faculté de comprendre. Les êtres intelligents que nous sommes interrogèrent l'univers et, quand ils furent assez adroits pour formuler leur question, l'univers leur répondit. Le lien invisible entre la matière et l'esprit devint plus puissant, en même temps que la connaissance universelle devenaît plus profonde.

La nature même de ce lien est cependant mystérieuse et subtile, et il est plus facile de comprendre la nature de la matière et de l'énergie. L'être humain a développé une technologie en exploitant les lois de la physique, mais elle manque de fondements mystiques. Il a aussi élaboré des cultures évoluées, froides et cruelles ; insensibles qu'elles sont au battement du cœur de la réalité.

L'artiste est cet être qui étudie ce lien entre la matière et l'esprit. C'est donc bien lui qui entreprend de marcher sur la voie de l'harmonie universelle. Il se rend compte qu'au delà de ce que semble être les trois ordres de réalité du monde - matière, vie et esprit -, il existe des êtres illuminés capables de jouer avec la simple matière brute et de l'éduquer. Ces êtres illuminés, dont il fait partie, créent à leur tour la vie en modelant la matière brute à l'image de ses émotions et de ses passions.

C'est ainsi que l'artiste, esprit qui ressent ce lien entre lui et le reste de l'univers, recrée la cellule originelle, base de la vie.

La vie est la façon dont l'être humain se perçoit lui-même. L'art est la puissance de sa perception.

Pour plus d'information artistique consulter le site : http://www.mbordage.com
et le blog de Michel : http://www.michelbordage.com